top of page
  • Photo du rédacteurAndreia

Barbie est féministe et tout va bien dans le meilleur des mondes

Tout est rose ces derniers temps : du marketing agressif sur le film Barbie aux discussions en ligne depuis la sortie du film le 21 juillet. L'un des principaux débats autour du film Barbie est de savoir si la poupée emblématique est féministe ou pas. Étant moi-même féministe et ayant vu le film, j'ai un avis bien tranché sur la question. (Attention, il y a des spoilers!)


Depuis avril 2022, date à laquelle la première photo de l'actrice Margot Robbie en Barbie est sortie, le monde entier semble parler de Barbie, surtout en ligne. Et les discussions, notamment sur le féminisme, sont encore plus nombreuses depuis la sortie du film. L'une des raisons pour lesquelles les personnes parlent tant de féminisme au sujet de ce film vient du fait que celui-ci est revendiqué comme tel. Greta Gerwig, la réalisatrice du film, a non seulement déclaré dans d'innombrables interviews qu'il s'agit "très certainement d'un film féministe", mais dans le film même, le mot est également utilisé explicitement à plusieurs reprises et Barbie y est considérée comme une figure féministe.


Mais Barbie est-elle vraiment féministe ?


Bien que j'aie apprécié regarder le film avec ses nombreuses blagues et son ironie sur le patriarcat dans notre société, je ne pense pas qu'il soit féministe pour autant. Par exemple, l'absurdité du sexisme est très bien montrée à travers Ken lorsqu'il découvre le partiarcat dans le monde réel et l'implémente dans Barbieland (le pays de Barbie) qui devient alors Kendom (le royaume de Ken). Mais ce type de féminisme, parfois qualifié de "féminisme blanc", ne suffit pas à notre époque. Nous avons besoin de bien plus et nous ne pouvons pas attendre d'un film comme celui-là qu'il nous apporte les solutions dont nous avons besoin.


Une référence à "2001 : l'Odyssée de l'espace". Crédit : Warner Bros.

Mon premier problème avec le film est l'utilisation de Barbie comme figure féministe. La première scène fait référence à un classique du cinéma " 2001 : l'Odyssée de l'espace" de Stanley Kubrick et son but est de montrer Barbie comme une révolution humaine. Bien que cette scène puisse être interprétée comme étant ironique, tout au long du film la poupée est vue comme une féministe. Alors la scène est-elle vraiment ironique ou est-ce que Mattel, la société qui produit Barbie, fait sa communication à travers ce film pour rester pertinente et continuer à vendre ses produits ?


Cela se voit également dans la façon dont le film présente Mattel. L'entreprise est critiquée pour son manque de femmes dirigeantes mais ce n'est pas parce qu'elle se pointe du doigt que des changements se produiront réellement.


Ce que je vois, c'est un film qui aborde le sexisme de manière très superficielle. Non seulement le film n'aborde pas les côtés les plus sombres du sexisme tels que la violence domestique, mais il élimine également complètement l'intersectionnalité avec d'autres formes de discrimination comme le racisme, le validisme ou le classisme.


Et cela m'amène au deuxième problème que j'ai avec le film, celui-ci ignore complètement le capitalisme. Le féminisme blanc est facilement accepté (et utilisé) par les entreprises car il ne remet pas en cause les systèmes en place. Il ne remet pas en question le lien entre le sexisme et le racisme, le validisme ou le classisme. Son objectif principal est de faire en sorte que toutes les femmes aient les mêmes droits et opportunités, en particulier sur le lieu de travail pour alimenter la machine capitaliste. Cela ne tient absolument pas compte de ce que veulent les femmes, car cela suppose que toutes les femmes ont les mêmes besoins et envies. Le féminisme blanc ignore également les défis auxquels sont confrontées les femmes dans le monde en considérant que les femmes n'ont besoin d'émancipation que dans leur carrière.


"Tu peux faire ce que tu veux, tu as le droit de faire ce que tu veux" semble dire Mattel avec ce film. Mais à mon avis, capitalisme et féminisme s'opposent.

Le seul moment où le film va un peu plus loin, c'est lorsque Sasha (jouée par Ariana Greenblatt), une adolescente qui a une relation difficile avec sa mère, rencontre Barbie dans le monde réel. Sasha confronte la poupée à tous les problèmes qu'elle a créés par son existence. Par exemple, elle parle des standards de beauté inaccessibles que Barbie a créés dans l'esprit des filles (l'une des plus grandes critiques auxquelles Mattel a été confrontée au fil des années). "Les femmes ne se sentent pas bien dans leur corps et sont complexées depuis que tu as été inventée" dit-elle à Barbie, non sans raison. En 1965, la société avait, par exemple, créé un kit Barbie pour les soirées pyjama. Dans ce dernier, les petites filles y trouvaient une balance avec l'aiguille arrêtée à 50kg et un livre avec la question "comment perdre du poids" sur le devant et la réponse "ne mange pas" sur le dos.


Sasha souligne également le fait que Barbie "tue la planète avec [sa] glorification du consumérisme": une autre raison qui m'empêche de qualifier ce film de féministe car il ne reconnaît pas le lien entre les problèmes environnementaux et le sexisme.

Barbie est une poupée en plastique et Mattel est entièrement responsable non seulement de violer les droits des employé.es dans ses usines, mais aussi en utilisant des ressources pour sa production et en contribuant à davantage de pollution plastique dans le monde.


Sans surprise, le film ne revient jamais sur les problèmes soulevés par Sasha. De plus, parce que Sasha est dépeinte comme une adolescente en colère qui déteste le monde entier, le film ne la prend pas au sérieux. Pour moi, cette scène était un moyen pour Mattel de rassembler autant de personnes que possible pour regarder le film et de donner à "la génération Z woke" quelqu'un avec qui s'identifier.


Le véritable tour de maître de ce film n'est pas d'être un blockbuster qui parle de féminisme mais de diriger le discours autour du film de la manière qui convient le mieux aux intérêts de Mattel. En utilisant Barbie comme une figure féministe, la société attire l'attention sur sa poupée plutôt que sur les véritables changements qui doivent se produire dans notre monde. Pour Mattel, l'indépendance des femmes ne se trouve que dans la consommation, dans la participation au système même qui se nourrit des inégalités et des discriminations.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page